CatégorieGombrowicz

Vingt ans après

V

[Cet article est paru originellement dans La Quinzaine Littéraire n° 544 du 01 décembre 1989.]   « Aujourd’hui l’œuvre de Gombrowicz est très peu connue. Elle s’achemine inéluctablement vers l’oubli. Seule la critique qui l’a accompagnée survit encore d’une certaine manière ». De toute évidence, Lakis Proguidis se veut l’empêcheur gombrowiczien de...

Kazimierz Brandys interdit dans son pays

K

[Cet article est paru originellement dans La Quinzaine Littéraire n° 425 du 1er octobre 1984.]   Kazimierz Brandys : né en 1916 à Lodz (Pologne). Etudes de droit à Varsovie. Participe au Front populaire. Pendant la guerre, la presse clandestine. 1946 : entre au Parti communiste (qu’il quittera en 1966) et publie son premier roman, le Cheval de bois. Une vingtaine de livres depuis, dont...

Czeslaw Milosz et la littérature polonaise

C

[Cet entretien, réalisé avec Dorota Feldman, est paru originellement dans La Quinzaine Littéraire n° 453 du 16 septembre 1987.]   Czeslaw Milosz. — Gombrowicz a dit une chose très juste : il n’y a pas de littérature, il n’y a que de grands écrivains. Je suis tout à fait d’accord, mais je crois que cette phrase s’applique beaucoup plus à l’Amérique qu’à la...

Tadeusz Konwicki : « Un homme qui écrit aujourd’hui est forcément passé par Auschwitz »

T

[Cet entretien, réalisé avec Dorota Felman, est paru originellement dans La Quinzaine Littéraire n° 482 du 16 mars 1987.]   Tadeusz Konwicki : né en 192 à Wilno, Lituanie. Romancier et cinéaste. Très jeune, fait la guerre dans le maquis, d’abord contre les nazis, puis contre les Soviétiques. Une expérience que l’on retrouvera dans de nombreux romans. Premier roman en 1946 : les...

Marian Pankowski : L’Europe transversale

M

[Cet entretien, réalisé avec Dorota Felman, est paru originellement dans La Quinzaine Littéraire n° 491 du 1er août 1987.]   « Et aussi loin que s’étend l’Europe lardée de kiosques où les revues illustrées dégoulinent, dans le café et les liqueurs de sang, de larmes et de sueur, l’émotion grandit. On sanglote de compassion pour ces foules pérégrines, sans toit, qui de long...

Tentative de définition de l’érotisme gombrowiczien

T

[Cet article est paru originellement dans L’Infini n° 70 du 06 juin 2000.]   L’œuvre de Gombrowicz est unique au XXe siècle : il n’y a pas une seule description du coït. Ceslaw Milosz[1] Dans l’escalier de service « Au crépuscule, quand s’allument les premiers réverbères, j’aimais sortir en ville et accoster des bonnes à tout faire. » Ainsi commence Dans...

Le jugement dernier (Eloge de Siegrid Alnoy)

L

[Cet article est paru originellement dans Po&sie n° 107 du 1er trimestre 2004]   « Les héros et héroïnes de tragédie commettent le crime afin de reconnaître leur innocence. Quel système légal pourrait comprendre cela, si nous sommes incapables de comprendre la teneur de ce paradoxe, le futur sera implacablement autoritaire ». Edward Bond, cité par Siegrid Alnoy[1] Tout a commencé en...

« Les Trois Mousquetaires » – Désespoir, engloutissement, révolte

«

[Ce texte est paru originellement dans le catalogue Les trois mousquetaires, Faze éditions, en septembre 2004, puis dans Gombrowicz, un structuraliste de la rue, aux éditions de L’Eclat, en mars 2011.]   « Nous, nous connaissions la valeur de l’originalité, non pas à l’échelle locale mais à celle de l’univers. L’objet de notre recherche, c’était l’homme en tant que tel et non pas...

Dans l’escalier de service du moi

D

[Ce texte est paru originellement dans la brochure de Yvonne, princesse de Bourgogne, opéra de Philippe Boesmans d’après la pièce éponyme de Witold Gombrowicz, mis en scène par Luc Bondy à la Monnaie de Bruxelles en septembre 2010]   Malaise dans la civilisation « Jusqu’à présent l’homme ne se voyait et ne se voulait voir que d’un point de vue officiel. Ce qui en lui échappait au...

Liens